< Retour au site
Dossier

Le bâtiment face
au défi du numérique

télécharger
au format .PDF

Maquette numérique intégrée, objets connectés, smart building, smart cities, big data, cloud… Rencontrées de plus en plus fréquemment dans l’univers du bâtiment, ces expressions montrent que notre profession entre pleinement dans l’ère du numérique. Et elle se met rapidement au diapason ! « Le terme de révolution n’est pas exagéré » indiquait Sylvia Pinel, Ministre du logement, aux professionnels du BTP rassemblés à Paris en mars 2016 lors du premier salon BIM World.
Le Plan transition numérique dans le bâtiment, lancé par l’État en 2015, ainsi que l’intégration de plus en plus fréquente du BIM dans les marchés publics de construction, prouvent l’importance de cette intégration du numérique dans nos métiers.
S’il ne fait aucun doute que le numérique et la gestion des données vont permettre d’apporter l’agilité, la réactivité et l’engagement de performance aux ouvrages construits, reste à savoir comment les professionnels – et l’État – vont se structurer pour favoriser le développement de nouvelles offres.

Le bâtiment face au défi du numérique

Rencontre avec Bertrand Delcambre, Président du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) jusqu’à sa nomination en juin 2014 comme « ambassadeur du numérique dans le bâtiment ». Il préside aujourd’hui le Comité de pilotage du Plan transition numérique dans le bâtiment.

Jean-Pascal De Peretti • COMMENT EST NÉE L’IDÉE D’UN EFFORT NATIONAL AUTOUR DE LA TRANSITION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT ?

Bertrand Delcambre • Courant 2014, Cécile Duflot, alors Ministre du logement, a souhaité lancer une réflexion collective. En effet, si le numérique était déjà présent dans l’univers du bâtiment, seules les plus importantes structures avaient pu s’en emparer. La grande masse des TPE et PME, soit 95 % du secteur (plus de 500 000 entreprises de moins de 10 salariés) ne dépassait pas l’usage traditionnel (ordinateurs et web). Il fallait les inciter à réfléchir et travailler ensemble.

Jean-Pascal De Peretti • COMMENT Y AVEZ-VOUS CONTRIBUÉ ?

Bertrand Delcambre • Missionné en juin 2014 par la nouvelle Ministre Sylvia Pinel, j’ai rencontré près de 200 professionnels du bâtiment, organismes et acteurs, pour préciser leur vision du numérique et faire des propositions que j’ai remises à la Ministre en décembre 2014. Cela a donné naissance, dès janvier 2015, au Plan transition numérique dans le bâtiment, dont l’objectif est d’accélérer l’appropriation du numérique, en ciblant prioritairement les TPE-PME.

Jean-Pascal De Peretti • CONCRÈTEMENT, EN QUOI CONSISTE VOTRE ACTION ?

Bertrand Delcambre • Nous avons été dotés d’un budget public de 20 millions d’euros pour accompagner le déploiement du Plan. 14 organisations professionnelles ont été intégrées dans le comité de pilotage. Notre feuille de route, publiée en juin 2015, priorisait nos actions autour de trois mots-clés :
• L’envie : donner envie au plus grand nombre d’aller vers le numérique, avec de la pédagogie et de nombreux retours d’expérience. La transition numérique du bâtiment en France.
• Les moyens : en termes d’outils (comment mettre à disposition de chacun les outils les plus adaptés, et notamment le BIM qui est devenu l’enjeu majeur de ce plan) et en termes de compétences (comment pousser les acteurs à adopter une démarche collaborative et à se former).
• La confiance : pour qu’elle naisse et grandisse, elle doit s’appuyer sur des normes et des standards.

Jean-Pascal De Peretti • OÙ EN EST-ON À + 2 ANS ?

Bertrand Delcambre • La machine est bien lancée. Le projet initial est réalisé à 80 %, avec une vingtaine d’actions majeures. Sur l’axe de l’envie, de multiples réalisations utilisant le BIM à différentes échelles forment une vitrine qui illustre le potentiel des outils pour les TPE. En juillet 2016, nous avons créé l’Atelier BIM Virtuel (ABV), laboratoire qui permet de simuler le bénéfice des outils numériques et comparer les solutions les plus efficaces. Les résultats sont déjà probants au bout de 9 mois ! Sur l’axe des moyens, nous avons créé une plateforme en ligne d’aide au choix, opérationnelle depuis janvier 2017, qui permet de chercher l’outil le mieux adapté aux besoins de chacun. Nous avons soutenu 10 initiatives territoriales de formation visant à accélérer le développement du BIM localement. Et nous avons créé des valises pédagogiques fournissant aux acteurs la matière nécessaire pour passer à l’action. Enfin, nous élaborons actuellement une plateforme collaborative en ligne destinée à apprendre aux équipes projet à coopérer. La première version de ce projet très ambitieux, d’accès libre et gratuit pour tous, sortira au printemps prochain. Sur l’axe de la confiance, nous avons la chance, avec les IFC, d’avoir une norme ISO de référence. Nous avons lancé la création d’une bibliothèque d’objets numériques, alimentée par les fabricants, pour que les concepteurs disposent de descriptions génériques standardisées. C’est un chantier de plusieurs années.

Jean-Pascal De Peretti • QUELLES SONT LES ÉTAPES À VENIR ?

Bertrand Delcambre • Il nous reste 20 % du budget engagé à ouvrir, nous allons donc poursuivre nos actions. L’actuelle ministre du logement, Emmanuelle Cosse, a repris le flambeau de la transition numérique dans le bâtiment et soutient les travaux en cours. Le numérique fait entrer le bâtiment dans un nouveau monde aux perspectives à peine imaginables. Les bâtiments vont se transformer peu à peu en intégrant de multiples formes d’intelligence. La maquette numérique permet de lever des contraintes très pesantes, par exemple le contrôle automatique des règles techniques de construction. Aujourd’hui, il est clairement dépassé de se demander si le bâtiment doit aller ou pas vers le numérique. Durant ces années de travail et de dialogue, je n’ai jamais rencontré un seul acteur qui mettait en doute son intérêt, ou qui soit déçu de l’avoir adopté. Leur seule question est souvent de savoir comment démarrer, avec qui…

Bertrand Delcambre, Président du Comité de pilotage du Plan transition numérique dans le bâtiment.
« Nous entrons dans une nouvelle ère, et cela ne fait que commencer !. »

La double mutation des bâtiments

« Aucun secteur d’activité n’échappe aujourd’hui à la "révolution numérique" », note Gilles Duroux, Directeur 3E,* Stratégie et Innovation d’ENGIE Axima. Pour l’univers du bâtiment, cette tendance est amplifiée par l’émergence simultanée d’un autre enjeu incontournable et complémentaire, la révolution énergétique. Nous assistons donc à la naissance d’un faisceau de convergences qui incite le bâtiment à entrer très rapidement dans l’ère numérique.

Nous pouvons identifier trois axes concrets de transformation de nos métiers :

L’intégration, dès la phase de conception, de l’ensemble des critères de vie, de coût et de performance du bâtiment.

Le BIM en est une illustration.

La gestion de la donnée : comment la capter, la conserver, l’analyser, l’exploiter de façon prévisionnelle, etc. Les problématiques de cyber sécurité : comment garantir la sécurité des données.

Pour ENGIE Axima, c’est déjà une réalité

Depuis plusieurs années, les équipes d’ENGIE Axima approfondissent leur expertise en matière de numérique.
Dès 2011, le projet 3E Box constituait une réponse pionnière aux besoins exprimés par nos clients de disposer de données fiables sur leurs installations.
Aujourd’hui, ENGIE Axima se structure pour étoffer son offre de services et répondre aux attentes de nos clients en matière de numérique et d’efficacité énergétique. La création d’une Direction déléguée du numérique (voir ci-contre) permet d’accélérer l’intégration des nouveaux outils de conception, planification et partage d’informations techniques. Elle collabore étroitement avec la Direction efficacité énergétique & environnementale et innovation (D3Ei), chargée de piloter les évolutions liées à la transition énergétique, la transition numérique et leurs conséquences.
« Nous sommes donc en mesure de construire et proposer à nos clients de nouvelles offres basées sur le digital et tournées vers l’usager. »

La Direction déléguée du numérique

Créée en avril 2016 et dirigée par Olivier Albigès, la délégation numérique contribue à la maîtrise et à la valorisation de la chaîne de données pour augmenter l’intelligence et la connectivité des bâtiments (tertiaires et industriels) et élargir la palette des services proposés par ENGIE Axima aux investisseurs et propriétaires, aux exploitants et aux usagers. Ses trois principales missions sont :

  • développer et déployer des solutions d’automatismes, de supervision et d’hypervision en lien avec les évolutions des technologies numériques et des objets connectés ;
  • inventer et industrialiser des solutions Smart Data sur les domaines du pilotage énergétique et des usages (consommation, confort, connectivité, etc.), ouvrant de nouveaux services aux propriétaires et aux usagers grâce à l’exploitation des données ;
  • garantir la qualité, la fiabilité, l’interopérabilité et la sécurité des données des bâtiments sur toute la chaîne de valeur depuis la mesure sur site jusqu’à son analyse.

Dans un souci de réactivité et de maîtrise des coûts, elle s’appuie sur des partenariats avec des acteurs extérieurs tels que des start-up, qui maîtrisent déjà certains savoir-faire liés au traitement des données.

La 3E Box

Développée par ENGIE Axima en collaboration avec la société américaine Tridium et sa technologie GTC éprouvée, la 3E Box est une solution qui permet aux gestionnaires de sites de contrôler en permanence, piloter et optimiser leur consommation énergétique (électricité, gaz, fioul, mais
aussi eau chaude/froide). Elle permet d’atteindre de 15 à 30 % de gains énergétiques.

10 % des marchés publics
intègrent déjà le BIM

30 à 40 % des professionnels
du bâtiment utilisent le BIM

50 % des professionnels du bâtiment
envisagent de se former au BIM