< Retour au site
Dossier

Transition énergétique
et nouveau monde

télécharger
au format .PDF

Du 30 novembre au 12 décembre 2015, la XXIe Conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP21) s’est tenue à Paris. 186 pays étaient réunis pour apporter une réponse, différenciée mais collégiale, au phénomène du réchauffement climatique qui fragilise la pérennité de notre planète et la vie de ses habitants en certains lieux. Pour la première fois de l’histoire sans doute, la prise de conscience était unanime. Face aux enjeux climatiques qui sont ceux de notre planète, chacun - chaque pays, chaque organisation, chaque personne - a le devoir d’être acteur du changement. Nous considérons chez ENGIE Axima que notre responsabilité, en tant qu’acteur du monde de l’énergie et expert en efficacité énergétique, est de se mobiliser concrètement pour faire progresser la cause. Des mesures très concrètes sont déjà en vigueur au sein de notre entreprise depuis plusieurs années. D’autres restent à mettre en œuvre et nous continuons pour cela à explorer et investiguer afin de bâtir un nouveau monde de l’énergie toujours plus efficace et vertueux. Pour étayer notre vision, nous nous appuyons sur les regards experts de personnalités telles que, par exemple, Jean-Louis Borloo et Pierre Radanne. Leur approche est pour nous une source d’ouverture et d’inspiration qui nous aide à avancer plus efficacement et plus pertinemment encore sur le chemin de l’innovation vertueuse.

Transition énergétique et nouveau monde

Jean-Louis Borloo, ancien ministre d’État et ancien ministre de l’écologie, est aujourd’hui Président de l’Association Énergies pour l’Afrique. De ses fonctions actuelles et passées, il a tiré une véritable vision du monde de l’énergie et des enjeux qui lui sont attenants.
Interviewé par Jean-Pascal de Peretti, Président Directeur Général d’ENGIE Axima, il partage son point de vue sur les enjeux, les échéances et les priorités de notre nouveau monde de l’énergie.

Jean-Pascal De Peretti • Quelle est votre vision du monde de l’énergie aujourd’hui ?

Jean-Louis Borloo • L’efficacité énergétique et le respect des ressources, tels que les porte votre Groupe, sont des enjeux moraux essentiels. Ma conviction la plus forte est que nous vivons une mutation hallucinante. Et vos métiers complexes sont à la pointe de l’évolution du monde. Plusieurs constats s’imposent à nous. À l’évidence, les ressources sont de plus en plus rares et les enfants du monde n’accepteront plus durablement le gâchis qui s’opère. Vous êtes à l’avant-garde de l’évolution humaniste et morale de l’humanité. Votre entreprise représente le propre du génie français. Vous êtes un Groupe d’arts et métiers, vous représentez la France des ingénieurs au service des autres. Ceux qui inventent, avec leurs collègues du Droit, la DSP*, les PPP**. Vous participez à tous les nouveaux grands chocs de notre monde. Votre métier consiste à apporter de l’énergie aux autres en respectant au maximum les ressources de l’humanité. Comme tous les métiers d’avant-garde, cela nécessite que vos équipes en soient conscientes, que le professionnalisme et la rigueur soient en permanence présents, avec cette part de rêve qui fait que des Groupes comme les vôtres sont des groupes français à vocation mondiale. Des enfants du village et des organisations de la planète. C’est ce qui fait votre force. L’évolution du monde repose sur des métiers comme les vôtres.

Jean-Pascal De Peretti • L’innovation est au cœur des marchés et nos équipes travaillent vraiment dans ce sens. Cependant, le constat aujourd’hui est que les marchés restent encore émergents. Quand ce marché de l’efficacité énergétique va-t-il émerger ? Quels freins sont à lever selon vous ?

Jean-Louis Borloo • Les mutations ne sont jamais linéaires. L’efficacité énergétique est une préoccupation populaire. L’évolution du monde va vers cela et le rythme sera rapide dans les 10 ans à venir, même si à l’échelle d’un compte d’exploitation cela peut sembler long… Ma conviction est qu’entre les normes qui vont s’internationaliser, la prise de conscience des donneurs d’ordre, la valorisation dans les bilans d’un foncier bien géré, les comportements antérieurs vont devenir totalement irréversibles voire impossibles. Vous êtes au cœur de cette phase de en hommes, en technologies. C’est l’agrégat de vos compétences diverses qui fait votre force. Alors, je ne peux bien sûr pas garantir de rythme mais je réaffirme ma conviction que vos métiers, complexes, autour de tous les flux, vont devenir les métiers essentiels. Ce que je vois pour demain, ce sont des bâtiments qui viendront se situer autour de vos technologies, et non plus l’inverse. Cette mutation demande juste encore un peu de temps…

Jean-Pascal De Peretti • Les systèmes actifs que nous gérons sont au cœur du bâtiment de demain. Quel modèle voyez-vous pour nos entreprises, dans les 15 ans qui viennent ?

Jean-Louis Borloo • Je crois que l’architecture ne sera plus un acte isolé ; elle met en œuvre trop de logique de flux, externes et internes pour cela. Je pense que le permis de construire individuel est mort et que les conceptions devront être groupées. Le sujet ne sera plus de construire l’enveloppe, aussi harmonieuse, efficace, ou pertinente soit-elle. Je le redis avec force : le monde d’aujourd’hui, et a fortiori de demain, est celui du nomadisme des humains et des flux en tous genres. Et vous êtes des organisations du flux ! L’évolution du monde, sans aucun doute, va vers vos métiers.

* Délégation de Service Public
** Partenariats Public-Privé

Découvrez cette interview en vidéo
Jean-Louis Borloo, Ancien ministre d’État Ancien ministre de l’écologie Président de l’Association Énergies pour l’Afrique
« L’évolution du monde repose sur des métiers comme les vôtres. »

Pierre Radanne, expert des questions énergétiques et écologiques et spécialiste des politiques énergétiques de lutte face au changement climatique, est connu et reconnu pour son discours engagé et étayé. À grand renfort de chiffres et de courbes, il démontre par A+B la nécessité de repenser notre politique énergétique mondiale pour préserver notre planète. Invité de notre convention nationale 2015, il nous livre quelques repères de compréhension et quelques idées concrètes pour faire bouger les lignes..

En temps de crise, il n’y a pas de question plus centrale que celle de l’énergie. C’est une question à 2 800 milliards ! 

Tous les investissements doivent être optimisés autour de la question du carbone. 

La lutte contre le changement climatique passe par l’alliance avec chaque personne.

La transition énergétique pose l’obligation d’un énorme bond démocratique.

Nous devons gérer tous ensemble la planète : le climat est la première question à solidarité obligatoire de la planète. 

Nous avons besoin d’une gouvernance planétaire de l’énergie et du climat pour trouver de quelle manière, la moins violente et la plus juste possible, mettre en œuvre cet énorme changement de civilisation. 

Notre stratégie doit s’établir à long terme (2050) avec une capacité de régulation.

« Il n’y a pas de question plus centrale que celle de l’énergie. »

D’ici 2050, nous devons diviser par deux nos émissions de CO2.

C’est le réchauffement à ne pas dépasser.

Les partages de Jean-Louis Borloo et Pierre Radanne nous enseignent deux choses essentielles : nous sommes tous acteurs du changement et l’énergie est au centre de la révolution climatique qui s’opère. Conscients de notre responsabilité et du rôle majeur que nous jouons dans la transition vers une économie sobre en carbone, nous travaillons chez ENGIE Axima à des offres de plus en plus globales associant efficacité énergétique et révolution numérique.
Agir concrètement
Pour faire baisser les consommations de gaz à effet de serre, nous ne pouvons pas nous contenter d’être dans le déclaratif. Les enjeux imposent d’agir très concrètement, d’autant plus que de plus en plus de contrats contiennent désormais des engagements de résultats. Notre métier de l’efficacité énergétique concerne à la fois la construction ou rénovation de bâtiment, et la maintenance. Dans tous les cas, nous sommes attentifs aux matériaux que nous utilisons et à leur provenance. Nous proposons une offre de rénovation énergétique (Contrats de Performance Énergétique). Une offre spécifique formalise notre accompagnement en matière de rénovation tertiaire (Winergie, page 12). Nous proposons des bilans Carbone de plus en plus fins car pour agir, il est indispensable de détecter et évaluer en amont. Nous privilégions le gaz et les ENR : géothermie, éolien ainsi que les fluides verts à faible impact en CO2. Nous proposons d’autre part des systèmes de récupération d’énergie fatale (tours industrielles, data centers…) Pour pallier la variabilité de la production d’ENR, nous travaillons sur des solutions de stockage. La révolution numérique et digitale nous permet de simuler, anticiper et suivre dans le temps nos installations. Grâce à ces systèmes, nous pouvons proposer les solutions les plus pertinentes et bénéficier d’indicateurs concrets pour ajuster l’offre aux besoins et réaliser des économies globales. En interne, ENGIE Axima agit également pour réduire ses propres émissions de gaz à effet de serre. Des actions concrètes sont menées en matière de conduite de chantier (outils numériques de mobilité sur le terrain, dématérialisation…), management de projets (visioconférences, usage des transports en commun ou de véhicules électriques, coopération et RSE…), consommation des bâtiments (Charte Plan Bâtiment Durable).

Gilles Duroux, Directeur de la stratégie et de la performance énergétique, ENGIE Axima