Actualités

Vision d’experts : Les évolutions de la sécurité incendie dans les bâtiments tertiaires

juillet 2019

Reconnue depuis plus de 30 ans par les pouvoirs publics et les entreprises du secteur tertiaire, PERIFEM a pour mission de représenter les enseignes de la grande distribution, du commerce spécialisé et des centres commerciaux. Son objectif est de connecter ces enseignes aux différentes parties prenantes du marché (fournisseurs de solutions, installateurs, institutionnels…) afin d’échanger, partager et innover ensemble pour résoudre les problématiques d’aujourd’hui et de demain.

C’est dans ce cadre que Franck CHARTON, délégué général PERIFEM, nous fait part de sa vision d’expert du secteur tertiaire, au travers d'une interview menée par Hervé ROCHÉ, Directeur technique et commercial d'ENGIE Axima Sécurité Incendie.

 

Hervé ROCHÉ - Axima Sécurité Incendie (ASI) : Pour commencer peut-on rappeler le périmètre de Perifem et les actions phares du moment ?

PERIFEM est une association qui regroupe à la fois les distributeurs français alimentaires (et non alimentaires) ainsi que leurs apporteurs de solution. C’est à ce titre qu’ENGIE Axima Sécurité Incendie est membre de l’association depuis 2013.

Le périmètre de PERIFEM est regroupé sous 3 grandes thématiques :

#1 – Bâtiment, énergie et environnement #2 – Equipement du magasin #3 – Sécurité et sureté

La capacité de PERIFEM à regrouper de façon très large clients et fournisseurs permet d’orienter les décisions du marché pour qu’elles soient les plus efficaces possibles et proches de la réalité attendue par les enseignes.

Quelques actions sont révélatrices de l’influence de PERIFEM sur le marché :

#1 – La révision du règlement de sécurité incendie des magasins de type M

#2 – L’accord conclu avec le gouvernement sur la fermeture des meubles frigorifiques par des portes sur les surfaces de vente qui permet de réaliser des économies d’énergie.

#3 – L’écriture d’un décret sur l’obligation de rénovation énergétique des bâtiments tertiaires visant à réaliser 40 % d’économie d’énergie d’ici 2030.

#4 – Loi sur l’économie circulaire avec le traitement des déchets, traitement de l’eau etc…

 

En matière de protection incendie les activités des membres sont intensément soumises à réglementation, quel est leur vision de ce cadre réglementaire ?

Nos membres sont satisfaits du niveau de sécurité que l’on a atteint en France. Dans la grande majorité, ils le perçoivent comme un levier et non pas comme une contrainte. Ce cadre est perçu comme un garde-fou, justifié et nécessaire.

Toutefois, il faut savoir qu’en France nous avons une réglementation forte que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est pourquoi nous avons souhaité revoir le règlement de sécurité incendie des magasins de type M pour qu’il soit plus en adéquation avec la réalité et plus équilibré en termes d’usage.

En matière d’obligation (en cumulant les couches sécuritaires du « constructif » et de « l’exploitation »), on observe un véritable décalage avec les autres pays européens pouvant aller jusqu’à 10 fois plus d’obligations réglementaires pour la France.

Ce cadre réglementaire très prégnant permet de compenser la diminution des fréquences des visites des commissions de sécurité (maintenant de 3 ans), leur permettant de s’assurer d’un niveau de sécurité élevé.

 

Perifem est « globalement » sorti du cadre APSAD pour le sprinkleur au profit de la NFEN, quelles en sont selon toi les raisons principales ?

Dans la construction des ERP en France, le cadre réglementaire est très contraignant. Notamment au travers du positionnement des bureaux de contrôles dès la phase conception jusqu’à la réception des travaux. Nous avons souhaité remettre le sujet « sprinkleur » au cœur de la phase de construction, et dans une gestion et une organisation identique à tous les autres équipements de sécurité des sites. Ce qui faisait défaut depuis des années dans un cadre APSAD parallèle.

D’autre part, les exploitants des installations sprinkleur se sentaient exclus des discussions et des éléments de certification, avec pour parties prenantes l’assureur et l’installateur uniquement et seules ayant voie au chapitre. L’exploitant (et donc le client) n’avait pas de possibilité d’influer sur les décisions ou de proposer des solutions alternatives.

Etant commanditaire des bureaux de contrôle, la vision est différente pour la NFEN 12845. Ce qui nous apporte une liberté plus importante et une prise de décision tripartite, dans un contexte pourtant réglementé.

 

La grande distribution est actuellement en pleine mutation économique au regard du e-commerce, Peut-on en déduire des impacts à venir sur notre activité de sécurité incendie ?

Effectivement, les cartes se redistribuent. Le commerce global ne baisse pas d’intensité mais il est de plus en plus éclaté avec de nombreux acteurs et de nombreux canaux. Ce qui signifie, en termes de protection incendie, que nous devons maintenir un niveau de sécurité important des entrepôts.

Il y a désormais une nécessité cruciale de devenir irréprochable sur la sécurité incendie pour éviter des sinistres qui peuvent rapidement devenir dramatiques économiquement parlant.

 

Il y a-t-il un fait particulièrement marquant qu’il serait intéressant de citer sur la collaboration ENGIE Axima – PERIFEM ?

Pour moi le fait le plus marquant est votre présence à notre commission incendie depuis de nombreuses années. Ce qui se traduit par une bonne compréhension de vos clients et des réponses adaptées à leurs besoins.

Pour preuve, ENGIE Axima Sécurité Incendie a participé dernièrement, aux côtés de PERIFEM, à l’élaboration du support de vérification semestrielle selon la NFEN 12845. Ce support a d’ailleurs été déployé chez AUCHAN notamment et imposé à l’ensemble des acteurs qui opèrent les vérifications semestrielles.

 

Si vous avez apprécié cet article, vous serez probablement intéressé par la vision d'expert assureur et les clés de la réussite entre assureur préventeur et installateur en sécurité incendie.